Vous êtes ici: Accueil >  3. Le Site >  2. A Visiter

RUBRIQUES:



        3. Le Chateau de Rambures


    Situé à 20 minutes de la Côte Picarde dans le "Vimeu Vert", le domaine du Château de Rambures - classé Monument Historique dès 1840 - constitue un ensemble architectural unique ."

    Il comprend :
    • Une forteresse féodale du XVème siècle construite pendant la Guerre de 100 ans et représentée à "France Miniature".
    • Un parc à l’anglaise de 10 ha avec des dépendances des XVIIème et XVIIIème siècles ainsi qu’une chapelle du XIXème.

    Le Château fort dont la construction est décidée en 1412 par David de Rambures, le "Lord de Rambures" du "Henry V" de Shakespeare et Grand Maître des Arbalétriers de France, constitue un spécimen intact de l’architecture militaire de la fin du Moyen Age.

    Il a, en effet, échappé à la destruction totale des forteresses particulières, ordonnée par le cardinal de Richelieu, grâce à Charles de Rambures dit le "Brave Rambures" qui sauve la vie d’Henri IV à la bataille d’Ivry (1590) et qui sert fidèlement Louis XIII.

    Propriété des Rambures (dont le nom apparaît dès 1058), depuis sa construction en 1430 par André de Rambures, fils de David, le Château a été remanié au fil des temps, sans altérer son aspect général, ce qui lui donne sa grande homogénéité

    L’édifice, à moitié enterré pour mieux résister à l’artillerie, se compose de quatre grosses tours rondes reliées par des demies tours. Leurs murs de briques ont de 3 à 7 mètres d’épaisseur. Les caves superbes et voûtées permettaient de contenir une garnison entière. L’aménagement intérieur du Château témoigne des époques successives ; sa visite permet notamment de découvrir un beau mobilier picard des XVème, XVIème et XVIIème siècles et la chambre où Henri IV, traversant la Picardie pour remporter la victoire d’Arques, aurait séjourné en 1589.

    Les petites vitres colorées XIXème du chemin de ronde offrent un étonnant regard sur le parc. Modèle de l’architecture militaire du XV ème siècle Ce château constitue le modèle le plus complet de l’architecture militaire du XVème siècle en Picardie.

    Aux confins de deux provinces puissantes, la Picardie et la Normandie, le Château Fort de Rambures se cache derrière un rideau boisé qui couronne les hauteurs de la Bresle. Le château, d’aspect ramassé, se compose de quatre tours rondes régulièrement disposées et reliées par des courtines légèrement arrondies.

    A la différence de beaucoup de châteaux forts, Rambures, qui n’avait à défendre aucun point stratégique, n’a pas été construit en surplomb sur une motte artificielle. Il est enterré afin de mieux résister au tir adverse.

    Sa principale originalité lui vient d’ailleurs de ses dispositions spécialement adaptées à l’emploi de l’artillerie : • les murs ont au moins 3,50 m d’épaisseur, et parfois 6, et sont percés de canonnières ; • ils ne sont pas en pierres locales mais en briques qui résistent mieux aux boulets ; le Château Fort de Rambures est le premier château en briques et pierres de France ! • les murs extérieurs sont de forme convexe afin d’éviter de prendre de plein fouet les projectiles.

    Le pont de bois, soutenu par un pilier en briques, donne accès au château. Il a remplacé l’ancien pont-levis supprimé par ordre de Richelieu.

    La cour, bien que remaniée aux XVIIème et XVIIIème siècles, a conservé son cachet primitif. Il n’y avait à l’origine que de hautes parois de brique percées de petites fenêtres et meurtrières, derrière lesquelles étaient postés les archers. L’entrée du corps de logis principal était elle aussi fortifiée et un deuxième pont-levis protégeait la porte. De larges rampes mènent aux caves voûtées, très vastes, qui pouvaient contenir, en cas d’attaque, une garnison entière ainsi que le matériel de guerre et éventuellement servir de refuge aux villageois et au bétail.

    Ces pièces communiquent entre elles par de larges portes sauf une, celle de la tour nord-ouest ; c’est le cul de basse fosse ou prison. Exceptée la prison, les autres caves communiquent avec les étages supérieurs par quatre escaliers à vis situés dans chacune des tours.

    Les pièces de ces étages ont toutes été transformées aux XVIème et XVIIème siècles afin de les rendre habitables. Il est intéressant de s’attarder quelque peu sur chacune d’entre elles.

    La Salle des Gardes abrite sous un plafond Louis XIII les armoiries peintes ou sculptées sur boiseries des familles alliées aux Rambures et aux La Roche Fontenilles. Contre les murs figurent des coffres et meubles des XVIème et XVIIème siècles.

    La salle à manger est aménagée en style néogothique. Deux fenêtres à vitraux du XVIIIème siècle éclairent les boiseries répliques de celles de l’église d’Arques.

    La chambre du roi est dite "Chambre du Roy Henri IV". Celui-ci aimait s’y reposer lors de ses arrêts à Rambures et lors des combats qu’il livra dans la région (Arques, Ivry, etc...).

    Le grand salon est décoré de boiseries et de stucs peints qui dissimulent les murs primitifs. Au sol, un parquet en mosaïques remplace le plancher d’autrefois. Tous les parquets des pièces du château sont différents. Le mobilier est d’époques diverses : fauteuils Louis XIII et Louis XV, mobilier italien du XVIIIème siècle, mais aussi vases de Chine et lustres de verre de Venise.

    Un grand escalier de bois à rampes droites construit au XVIIIème siècle permet d’accéder au chemin de ronde qui, au XVème siècle, formait un passage continu tout autour du château et où se tenaient archers et arbalétriers en cas d’attaque.

    Au-dessus du grand salon, se trouve la bibliothèque aménagée au XIXème siècle et qui renferme de nombreux rayonnages de livres anciens ainsi qu’une intéressante galerie de portraits. A l’étage supérieur, on accède à une chambre en alcôve, la Chambre romantique, aménagée au XVIIIème siècle. Cette pièce dite "Chambre de la Marquise" fut celle de Marie de Rambures, épouse de Charles dont la chambre se situait juste au-dessus, un escalier dérobé se trouvant derrière la cloison.

    Les vieux murs s’animent Depuis 1984, d’intéressantes manifestations ponctuent chaque année la vie du château, et contribuent à l’animer : les expositions ont lieu le plus souvent dans les immenses caves voûtées du château non ouvertes au public habituellement mais que l’on peut découvrir à ces occasions : expositions philatéliques et bourses de cartes postales, journées Vieux Métiers où artistes et artisans, souffleurs de verre, dinandiers et ébénistes recréent l’ambiance du Moyen Age du temps où le château symbolisait le centre d’intérêt du village et des environs. Cette exposition a généralement lieu au mois de mai.

    Chaque année, le 15 août, se déroule dans le parc du château la fête de la Vierge. Au mois de septembre, les caves s’ouvrent de nouveau pour la fête de la chasse. Pendant une semaine, une exposition regroupe des chasseurs de grand gibier, des armuriers, des taxidermistes, des chasseurs de gibier d’eau et des artisans locaux dont les œuvres sont en rapport avec l’art cynégétique.

    Enfin, depuis 1988, s’est créée à Rambures la Confrérie des Taste-cidre de Picardie. En effet, c’est à Rambures que fut plantée en 1536 la variété de pomme à couteau baptisée la Rambour. Le cidre, boisson connue probablement par les Gaulois, bue régulièrement par les Basques et les Normands dès le XIème siècle, fut apprécié jusqu’à la cour par Louis XV et Louis XVI.

    La Confrérie des Taste-cidre de Picardie a donc pour but la mise en valeur du verger par l’incitation à la production du cidre et produits dérivés, notamment par leur association à la cuisine, aux arts de la table, aux produits régionaux de qualité et au tourisme. Haut lieu de l’Histoire de France C’est en 1058 qu’apparaît pour la première fois dans l’histoire le nom de "Rambures" lorsque Anson de Rambures assiste à la cour plénière que le Roi Henri Ier tient à Cambrai.

    A partir du XIVème siècle, les Seigneurs de Rambures voient leur rôle déborder les limites du Ponthieu et occuper des places de premier plan, particulièrement pendant la Guerre de Cent ans.

    En 1412, David de Rambures, grand Maître des Arbalétriers de France, la plus haute distinction militaire de l’époque, décide de construire un nouveau château à Rambures. Mais il est tué ainsi que 3 de ses 4 fils lors de la Bataille d’Azincourt en 1415 où l’armée française est écrasée par les Anglais d’Henri V. C’est le Lord Rambures du Henri V de Shakespeare.

    André de Rambures, seul survivant, continue la lutte contre les Anglo-Bourguignons, ce qui vaut au château d’être confisqué par le Roi Henri VI d’Angleterre et à son propriétaire d’être retenu en captivité en Angleterre.

    Pendant son absence, un des hommes de son ancienne troupe et partisan du Roi de France, Charles Desmarets, réussit à reprendre le "Fort chastel de Rambures par échelle et d’emblée", c’est à dire par escalade et par surprise. De Rambures, il lance des expéditions contre les Anglais à Rue, Saint-Valery-sur-Somme et Dieppe.

    Revenu d’Angleterre en 1436, André de Rambures prend part avec son fils Jacques à la reconquête du pays contre les Anglais.

    Nous sommes en 1450. C’est à cette époque de paix relative que se situe le début de la construction du château actuel, premier château briques et pierres de France. La forteresse sera achevée vers 1470.

    Au XVIème siècle, les Rambures continuent à se consacrer à la carrière des armes et sont les seigneurs les plus puissants du Ponthieu. Le plus illustre d’entre eux est Charles de Rambures dit "le Brave Rambures". Il reçoit Henri IV traversant la Picardie pour remporter la victoire d’Arques et lui sauve la vie à la Bataille d’Ivry en 1590. Louis XIII s’en souviendra et évitera au château de subir le démantèlement total des forteresses féodales ordonné par Richelieu.

    Charles de Rambures devient Maréchal de camp, Colonel du régiment de Rambures-Infanterie qui s’illustrera dans les grandes guerres du XVIIème siècle. Il prend part au siège de la Rochelle (1627-1628).

    En 1676, Alexandre de Rambures, petit-fils du "Brave Rambures", lègue à sa mort tout ce qu’il possède à son cousin germain, le Marquis de la Roche Fontenilles dont descend l’actuel propriétaire du château. Celui-ci fait re-disposer l’entrée du château et construire des dépendances.

    En 1798, sur pétition des Ramburois, le château qui avait été confisqué est rendu à la famille ainsi que les biens non encore vendus en biens nationaux. Le château est transformé en demeure de plaisance.

    En 1840, le Château Fort de Rambures est classé Monument Historique.

    De 1940 à 1971, le château n’est plus habité.

    En 1971, les descendants de Charles de la Roche Fontenilles décident d’ouvrir à la visite publique le château et le parc et entreprennent des travaux de restauration. En 1992, ces travaux sont pratiquement achevés et le Château Fort de Rambures peut être visité toute l’année dans son intégralité.

    Le parc et son arboretum Après la visite du château, il est agréable de flâner dans le parc planté d’arbres séculaires.

    Une trentaine d’entre eux, certains d’essence rare, ont été recensés en 1987 par le groupement de gestion forestière d’Amiens et constituent un arboretum. A ne pas manquer : le vénérable Murier blanc, pratiquement unique dans le Nord de la France, et le Sequoia géant, deux fois centenaire, puisque rapporté des Etats Unis par le Marquis de la Roche Fontenilles en 1787. Tilleuls, peupliers, chênes et conifères complètent cet arboretum. On découvre à l’Est les dépendances du château, construites au XVIIIème siècle, devenues maintenant la résidence des descendants des Rambures-La Roche Fontenilles.

    Dans le parc se trouve également une chapelle funéraire, tombeau des la Roche Fontenilles, et derrière cette chapelle le "Pavillon Henri IV", ancien atelier de peinture de la Marquise de Rambures. Le "Pavillon Henri IV" a été récemment aménagé. Il tient lieu de pavillon d’accueil et propose rafraîchissements et poule au pot pendant les heures de visite du château.

    Informations pratiques

    Ouverture
    Du 01/03 au 01/11 : de 10h à 12h et de 14h à 18h (10h à 18h du 14/07 au 31/08).
    Fermé le mercredi.
    Du 03/11 au 28/02 : dimanches, fériés (sauf Noël et 1er janvier) et vacances scolaires, 14h à 17h ; les autres jours sur rendez-vous.

    Tarifs
    Adulte : 6 €
    Enfant : 3,50 €
    Adolescent (12-16 ans) : 4,50 €
    Parc seul : 4,50 €

    Château Fort de Rambures
    8, rue du Château
    80140 Rambures
    Tél : 03 22 25 10 93
    Fax : 03 22 25 07 88
    E-mail : contact@chateaufort-rambures.com
    Site internet : www.chateaufort-rambures.com

    © Site somme-tourisme.com